Page d'accueil

titre
arrondi
 

 

REPRÉSENTATIONS

   
imprimanteVersion Imprimable

1.2.2. REPRESENTATIONS : faire évoluer ses représentations

"Si je veux réussir à accompagner un être vers un but précis, je dois le chercher là où il est et commencer là, justement là"
Kierkegaard

La compétence à apprendre est une compétence complexe qui nécessite d'acquérir une méthodologie d'apprentissage, et d'accepter de modifier ses représentations sur l'apprentissage en général et sur l'apprentissage d'une langue en particulier, et le cas échéant ses représentations de soi.

Les représentations initiales peuvent être considérées comme le point de départ, en ce qu'elles constituent la base solide qui fonde l'expérience de chacun.
Les représentations, c'est ce que chacun sait ou croit savoir, pense, rêve à propos de quelque chose. Ce sont des idées, des images mentales, des savoirs, des impressions, des souvenirs, des émotions, désirs ou répulsions, qui peuvent surgir spontanément à la seule évocation d'un mot. Justes ou fausses, réalistes ou irrationnelles, peu importe, elles sont là et nous appartiennent en propre, et c'est à partir d'elles que nous pensons, échangeons, réagissons, décidons, et édifions notre vie.
Dans le domaine de l'apprentissage, il importe de les exprimer pour en prendre conscience, car certaines d'entre elles, lorsqu'elles sont bien ancrées et éloignées des nouvelles représentations proposées, peuvent provoquer des résistances et entraver l'apprentissage. Il s'agira alors de les exprimer pour les identifier, les questionner, afin de les enrichir, de les complexifier, de les dépasser.


Une première étape consistera à recueillir et interroger nos représentations initiales sur trois points essentiels :
- l'objet d'apprentissage (la langue)
- soi-même en tant qu'acteur et apprenant et environnement d'apprentissage (dispositif, enseignants...)
- l'apprentissage lui-même (culture d'apprentissage)

 

EXERCICE D'APPLICATION

Notez sur une feuille de papier tout ce qui vous vient à l'esprit immédiatement sur :
- la langue étrangère
- les raisons que vous attribuez à vos réussite, à vos échecs, dans vos apprentissages antérieurs, qu'ils soient scolaires ou non, l'apprentissage assisté par ordinateur, votre trajectoire (passé-présent-futur) en apprentissage
- le "bon prof", le "bon élève", l'autonomie, l'université, qu'est ce qu'apprendre...

En réalisant cet exercice, vous sentirez peut-être quelques "résistances", car parfois on interprète ce que l'on voit selon ce qu'on a envie de voir, on voit ce qu'on veut bien voir, ou même des choses qui n'existent pas. On peut éprouver des difficultés à faire évoluer ses représentations, car cela demande de dépasser une certaine cohérence, une zone de sécurité et de connu, sur laquelle repose notre identité, dont il faut s'écarter pour se hasarder dans l'inconnu, avant d'avoir acquis de nouveaux repères et de nouveaux automatismes. Ce que nous risquons ? Simplement l'idée que nous avons de nous-même !

Cependant, n'hésitez pas à vous interroger sincèrement, car c'est d'abord et surtout utile pour vous même d'exprimer et de recueillir ces représentations. La prise de conscience peut permettre de mettre à jour des conflits cognitifs ou des lacunes dans les connaissances. En les questionnant de manière à identifier dans quel cadre vos représentations fonctionnent sans problèmes et sont viables, où là où vous pouvez intervenir (ou vous faire aider) pour tenter de les enrichir, de les complexifier, de les faire évoluer pour les dépasser.
Ce recueil des représentations peut rester confidentiel, ou être partagé, sur un forum par exemple, pour se situer par rapport aux autres. Il peut également être intéressant de les recueillir à nouveau en fin de formation, pour constater leur évolution.

POUR EN SAVOIR PLUS
"Qu'est-ce qu'apprendre à apprendre ?" Henri Holec, un article de référence !
la galaxie GRAF de l'autoformation : l'apprentissage n'est pas le domaine exclusif de l'institution éducative. Il existe de multiples façons de se former, selon une grande amplitude d'objectifs.

 

Les représentations enfin vont influencer nos perceptions qui vont à leur tour influencer notre motivation. En effet, à partir des représentations de nos réussites et échecs antérieurs, nous allons nous construire un "standard personnel", par rapport auquel nous allons nous fixer des buts. C'est la perception de notre capacité à produire les résultats souhaités, à combler l'intervalle entre notre standard personnel et les buts, et surtout la croyance en cette capacité, qui vont influencer et déterminer la force de notre motivation. Ce qui nous emmène au paragraphe suivant pour nous pencher sur le rôle prépondérant joué par les perceptions, et découvrir la théorie de l'auto-efficacité développée par Albert Bandura, après quoi vous ne serez peut-être plus jamais le même !

 

Page précédente
feuille
Page suivante